À PROPOS

 

Le Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F) est une structure qui regroupe et fédère 24 associations de la diaspora kurde à travers toute la France. Anciennement Fédération des Associations kurdes en France (FEYKA), le CDK-F a pris son nom actuel en 2014, suite à une modification en profondeur de ses statuts destinée à introduire un système de démocratie participative dans l’ensemble de son organisation et de son fonctionnement.

Comme le prévoient ses statuts, le CDK-F a pour mission d’aider au rapprochement des membres de la communauté kurde, de sauvegarder et d’améliorer la langue de celle-ci, son identité et ses valeurs, de défendre ses libertés, ses droits sociaux, culturels, économiques et politiques, tout en respectant ceux des autres communautés et les valeurs universelles, …

Depuis sa création en 2001, le CDK-F œuvre pour faire connaître les Kurdes, leur culture, leur langue, leur situation politique dans chacun des pays qui se divisent le Kurdistan. Principale organisation représentative des Kurdes en France, il mène des actions au niveau national pour la reconnaissance des droits légitimes du peuple kurde et pour dénoncer toutes les violations dont celui-ci est victime. A ce titre, il joue un rôle de représentation auprès des autorités politiques françaises.

Sur le plan politique, il agit en particulier pour faire connaître et promouvoir le projet de confédéralisme démocratique porté par le mouvement kurde dans les quatre parties du Kurdistan et actuellement mis en œuvre au Rojava (Ouest-Kurdistan, Syrie). Ce projet développé par le leader du mouvement kurde Abdullah Öcalan, détenu en Turquie depuis 1999, propose un système d’autogouvernance qui permettrait d’apporter une solution à la question kurde sans toucher aux frontières. Fondé sur la démocratie participative, l’écologie et l’égalité des sexes, ce projet vise plus largement à résoudre les conflits ethniques et confessionnels dans l’ensemble du Moyen-Orient.

Le CDK-F aspire par ailleurs à être un pont entre les Kurdes et toutes les autres communautés vivant en France. Les différentes associations qui en sont membres sont ouvertes à toute personne, quelle que soit son appartenance ethnique, sa religion ou son identité sexuelle, sous réserve de respect des valeurs qui les fondent, telles la démocratie, l’éthique, l’égalité hommes-femmes, la tolérance. Le CDK-F agit partout en France pour promouvoir le dialogue interculturel et pour faire avancer la solidarité entre les peuples.

Le CDK-F, c’est aussi des centaines de bénévoles qui se mobilisent partout en France pour la réalisation de ses objectifs. Des cours de langue kurde à l’organisation des manifestations culturelles ou politiques, en passant par la gestion administrative, le travail des associations kurdes repose quasi-exclusivement sur les efforts de bénévoles motivés et convaincus.

Il est également important de souligner que le CDK-F travaille en étroite coopération avec diverses organisations françaises au sein d’un réseau appelé Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK) qui joue un rôle très important d’observation et d’information sur la situation des Kurdes. Le CDK-F fait par ailleurs partie d’un réseau européen d’associations kurdes, le Congrès de la Société démocratique en Europe (KCDK-E).