Cela fait un an que les co-maires de la municipalité kurde de Diyarbakir ont été destitués de leurs postes et emprisonnés tandis qu’un administrateur de l’Etat turc a été nommé comme nouveau maire.

À l’occasion de l’anniversaire de la confiscation de la municipalité de Diyabakir, la vice-présidente du DBP et responsable des autorités locales, Hediye Karaaslan déclare qu’ils ont hâte de reprendre leur municipalité tôt ou tard.

« Dans l’histoire de la Turquie moderne, les municipalités n’ont été saisies que par l’administration du coup d’état militaire. C’est la première fois qu’un maire élu a été remplacé par un administrateur par une autorité étatique civile. C’était un détournement de la volonté des habitants. Lorsque les administrateurs ont été nommés, ni le personnel ni les membres du conseil local n’ont pu entrer dans le bâtiment », a-t-elle déclaré.

Selon Karaaslan, les municipalités sont administrées avec deux ou trois bureaucrates et il n’existe aucun mécanisme pour contrôler les actions des administrateurs.

« Comment cela peut-il être légitime, démocratique ? En aucun cas, ces administrateurs sont légitimes ou démocrates », a-t-elle déclaré.

Karaaslan a déclaré que les municipalités ont une politique pour servir les gens de Diyarbakır et a déclaré : « ces administrateurs n’ont pas été au pouvoir parce qu’ils offraient de mieux services aux gens. (…) La plupart des grands projets de la région ont été réalisés par nos maires. Les gens voient cela et ils se demandent ce que l’administrateur a fait. »

Karaaslan a hâte de reprendre tôt ou tard les municipalités des mains des administrateurs avec ces mots : « … mais à la fin, la volonté des gens est toujours victorieuse. Et tôt ou tard, nous reprendrons nos municipalités et nous continuerons à travailler là où nous en sommes partis. Nous voyons que les municipalités, sous une forte présence militaire et policière et sans personnel, ne fonctionnent pas. Ils ont pensé qu’ils parviendraient à obtenir ce qu’ils ne pouvaient pas auparavant grâce aux administrateurs. Mais maintenant, ce qu’ils ont obtenu n’est que les bâtiments de la municipalité. Avec notre organisation et notre force, nous reprendrons nos municipalités. »

Le gouvernement turc a nommé des administrateurs à 94 des 103 municipalités du parti kurde DBP. 94 co-maires sont arrêtés. 24 ont été relâchés plus tard en attendant leurs procès.

Source : KAF-RI
PARTAGER