La Coprésidente du Parti démocratique des Peuples (HDP) Figen Yuksekdag a été arrêtée le 4 novembre 2016, en même temps que le Coprésident Selahattin Demirtas et 8 autres députés du HDP. Elle est depuis détenue dans la prison de type F de Kandira. La deuxième audience de son procès se tiendra le 18 septembre 2017, dans le complexe de la prison de Sincan, à Ankara.

Les opérations politiques et arbitraires menées contre le HDP par Erdogan et le gouvernement AKP visent Mme Figen Yüksekdag particulièrement en tant que femme et en tant que socialiste turque. La justice est entièrement mise au service de cette politique répressive.

En ciblant des membres non kurdes du HDP, cette répression vise à détruire la coalition multi-ethnique et multiculturelle qu’incarne notre parti. A travers la personne de Mme Figen Yüksekdağ, elle porte également atteinte à la parité et à la représentation des femmes dans la vie politique. Ce n’est pas une coïncidence si Mme Yuksekdag a été la première députée à avoir été privée de son immunité parlementaire.

Voici quelques un des chefs d’accusation retenus à son encontre:

Fonder ou diriger une organisation terroriste ; faire la propagande d’une organisation terroriste ; inciter la population à la haine et l’hostilité ; inciter la population au crime ; inciter la population à violer la loi, participer à des manifestations et des réunions interdites. L’acte d’accusation consiste en une compilation de 8 dossiers. La quasi-totalité des dossiers concernent des discours prononcés en tant que dirigeante du HDP. Il lui est reproché par exemple d’avoir, dans le cadre de ces discours :

  • qualifié de résistance les manifestations qui ont eu lieu dans les villes kurdes placées sous couvre-feu,
  • soutenu l’autonomie démocratique, alors même que celle-ci est inscrite dans le programme du HDP,
  • qualifié de massacre la mort de centaines de civils durant les opérations menées par les forces de sécurité turques.

Nous vous invitons à assister en tant qu’observateur à cette audience pour montrer à l’opinion publique internationale que ce procès politique est suivi de près par les forces démocratiques. Nous appelons en particulier les organisations internationales de femmes à observer ce procès afin de dénoncer les politiques misogynes du régime AKP et manifester leur soutien aux femmes opprimées du fait de leur lutte pour la liberté, l’égalité et la justice.

Nous sommes à votre disposition pour toute information supplémentaire sur cet appel ou sur les modalités de votre participation à une mission d’observation.

La commission des affaires étrangères du HDP
PARTAGER